Septoriose

La septoriose est la maladie foliaire du blé la plus fréquente. Elle touche essentiellement le blé mais occasionnellement l’orge et le seigle. Deux parasites cryptogamiques principaux sont à l’origine de la maladie :

  • Septoria nodorum
  • Septoria tritici, localisée sur le feuillage et les gaines foliaires mais quasi absente sur les épis

La maladie progresse des parties basses vers le haut des plantes.

Feuille atteinte de septoriose
Septoria tritici : Jeune tache typique sur feuille de blé. Les pycnides noires sont très visibles
Feuille atteinte de septoriose
Septoria tritici : Taches rectangulaires allongées. Les pycnides noires sont très visibles
Feuille atteinte de septoriose
Septoria nodurum : Jeune symptôme typique sur feuille de blé avant l’apparition des pycnides
Feuille atteinte de septoriose
Septoria nodurum : Evolution sur feuille de blé par symptômes ovales

Les symptômes sont fonction des deux principales formes de septoriose : Septoria tritici et Septoria nodorum.

Sur feuille

Septoria tritici attaque principalement les feuilles avec l’apparition de taches brunes claires avec des ponctuations noires, les pycnides. Ces derniers apparaissent très rapidement dès le début de la formation de la nécrose. Ceci la distingue de S. nodurum dont les picnides n’apparaissent que plusieurs jours après l’apparition de la nécrose.

Septoria nodorum : tache en losange avec une bordure jaunâtre et des ponctuations blanches.

Le premier symptôme de l’infection est l’apparition de petites lésions nécrotiques. En évoluant, celles-ci prennent l’apparence de lésions ovales de couleur brune entourées d’un halo chlorotique.

Sur l’épi

Septoria nodorum : la maladie affecte plus particulièrement la partie supérieure des glumes sous forme d’une nécrose à coloration brun roux. Les barbes peuvent aussi être atteintes ou bien se dessécher par manque d’alimentation hydrique. Les grains atteints présentent des colorations brunes ou des symptômes d’échaudage. Le mycélium se conserve dans les enveloppes des grains.

Dès l’automne, le champignon, présent sur les résidus de paille, va contaminer les jeunes pousses de blé et débuter son développement. Puis en hiver, sa progression est ralentie si les conditions climatiques sont défavorables.

Au printemps, les températures plus clémentes vont réactiver l’épidémie. Les symptômes apparaissent et les pycnides vont assurer la propagation de la maladie par projection des spores par les gouttes de pluie des étages foliaires inférieurs vers les étages supérieurs. Les plantes voisines peuvent également être contaminées.

La période de risque de contamination se situe du stade 2 nœuds jusqu’au stade floraison.

En lutte chimique, on cherche surtout à protéger les deux dernières feuilles de l’épi et le grain pour que ces organes assurent la photosynthèse.

Pour contrôler la maladie de façon satisfaisante, deux passages de fongicides sont souvent nécessaires. Un passage vers le stade 2-3 nœuds visera la production de l’avant dernière feuille puis le 2ème passage, stade dernière feuille étalée, protégera la dernière feuille et l’épi.

Produits conseillés : en association avec un produit fongicide
HELIOSOL ®
CALANQUE ®
ESCAPADE ®

PRODUITS POUR LES PROFESSIONNELS : Respecter les usages, doses, conditions et précautions d’emploi.